Si afin d’optimiser leur production les entreprises, tous secteurs confondus, font depuis longtemps usage du Big Data le monde de l’évènementiel, aujourd’hui plus que jamais, a aussi tout à y gagner .

Big Data quesako ?

Le terme “Big Data” désigne à la fois le foisonnement de données généré par l’utilisation mondiale d’internet, les données elles-mêmes, mais aussi les opérations d’analyse menées sur celles-ci.

Règles RGPD

Une utilisation maitrisée des données va en effet autoriser une agence évènementielle à orienter ses efforts dans une direction très précise, à atteindre un public donné avec beaucoup plus d’efficacité.

Elle permet de cerner les attentes de ce public, d’anticiper les variations du marché et de proposer des offres innovantes correspondant à ces évolutions.

Toutefois, des règles dictées par le Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD) sont à respecter dans le domaine de l’utilisation des données internet en Europe. La plus contraignante de ces règles concerne les données à caractère personnel, définies de manière volontairement très vague par le RGDP : « toute information se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable » …

Restrictions RGPD

En somme, il est interdit d’utiliser une information pouvant être reliée à une personne physique, quelque-soit sa nature, sa forme, sa présentation et son niveau de structuration.

Comment concilier alors les avantages du Big Data et les restrictions du RGDP ?
Voici les étapes indispensables à la constitution d’un Data Lake (lieu de stockage de toutes les données d’une entreprise) en adéquation avec la loi.

étape 1/ Il s’agit d’abord de faire un scrupuleux inventaire des lieux de circulation des données collectées. Ce travail d’identification et de répertoriage concerne aussi bien l’infrastructure Big Data que le système informatique de la société utilisant ces données.

étape 2/ Une fois cette cartographie établie, vous serez en mesure de déterminer avec précision quel pôle de votre société utilise quelle donnée. Un outil de Data Discovery vous facilitera grandement la tâche ici.

étape 3/ Ensuite, il vous faudra procéder à une anonymisation des données à l’aide d’un logiciel adapté.

L’objectif ?

Parer à tout risque de piratage, de fuite et d’usage illégale de données personnelles.

Ce travail ne doit pas être pris à la légère, la RGPD ne tolérant pas un faible niveau d’anonymisation, ni une simple opération de pseudonymisation !

La seule manière de s’en sortir ici est d’effacer un certain nombre de données. Tout l’enjeu consiste à identifier les informations les plus pertinentes pour les Data Scientists et d’abandonner les autres.

Cette étape d’analyse induite par l’anonymisation est cruciale. Une solution CRM événementiel (Customer relationship management, en français Gestion de la Relation Client) vous permettra de choisir les infos à garder mais aussi de les interpréter.

Enfin, il conviendra de sérieusement sécuriser votre Data Lake, talon d’Achille des systèmes de sécurité informatique. Pour ce faire, il faudra procéder à son chiffrement mais surtout le protéger contre toute forme d’intrusion indésirable. Les logiciels offrant des solutions de sécurisation seront ici vos meilleurs alliés .

Les technologies évoluant très vite, il sera par la suite indispensable de maintenir une permanente mise en conformité avec le RGPD.

A savoir : être en mesure d’adapter la sécurité du système informatique de l’entreprise afin de se prémunir des techniques employées par la cybercriminalité, mais aussi effectuer des audits réguliers et s’assurer de la bonne localisation et anonymisation des données récoltées, et ce de façon très régulière… Au risque de se mettre le RGDP à dos !

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.